La ligue des champions opposant le Real Madrid à Liverpool a offert spectacle et émotion. Les journalistes sportifs à la recherche de « clics » m’ont offert scepticisme et déception.

Amatrice de football à mes heures perdues, j’ai fait partie des 3,8 millions de spectateurs qui ont regardé la finale de la ligue des champions sur C8, opposant le Real Madrid au club anglais de Liverpool. J’aurai donc pu choisir de vous parler de la suprématie espagnole, car la victoire des madrilènes arrive une poignée de jours après l’écrasante victoire de l’Atletico Madrid face à l’OM en ligue Europa. J’aurai pu me fendre d’un article sur Zidane, qui après être devenu l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football, devient le premier entraineur à gagner trois ligues des champions consécutives. Non. Ce qui m’a malheureusement frappé ce soir-là, c’est de voir à quel point les joueurs étaient plus inspirés que les journalistes.

Difficile de ne pas avoir vu « le but-gag » de Karim Benzema

photo de Karim Benzema - attaquant du club du Real Madrid - un ballon à la main

Dans le jargon, on appelle ça, la veille concurrentielle. Surveiller de manière continue les actions des concurrents. On peut être rassuré de ce point de vue, les journalistes sportifs français maîtrisent cette tâche à la perfection. Ils maîtrisent aussi l’art de reprendre un titre à la perfection. Ainsi est né le « but gag » de Karim Benzema, attaquant français du Real Madrid à la 55e minute du match.

Ouverture du score de l’attaquant du Real Madrid Karim Benzema en final de la LDC

Cette action n’a pour moi rien d’un but « gag ». C’est l’action d’un attaquant réactif et concentré, ayant agi avec anticipation et qui souligne la relance du gardien Karius, trop pressé. Cette action n’a rien de drôle. Si cette appellation n’a rien d’incorrecte, je m’étonne que ce terme ait été repris partout, VRAIMENT PARTOUT. L’équipe, RTL, Eurosport, LCI, Footmercato, le parisien, France football, le Figaro… Tous ont utilisé ce terme, dans le titre de leur article. On ne parle, ni de l’action « bien sentie » de Benzema face au gardien, ni de la grossière erreur du portier Allemand. Celui-ci a d’ailleurs été menacé de mort de nombreuses fois sur les Réseaux sociaux après la perte de la finale de la ligue des champions.

Où sont passé les vraies plumes ?

photo de plusieurs journaux accumulés en gros plan

Si ce n’est pas la première ni la dernière fois que nous entendons cette expression, ce qui me désole en revanche, c’est de voir à quel point tout est devenu lisse et identique. De voir que ce terme footballistique de « but gag » est repris à toutes les sauces, pour donner l’envie de cliquer. C’est de voir un site tel qu’Eurosport titrer « Le but gag de l’année est pour Benzema : l’ouverture du score du Real en vidéo ». Le but gag de l’année, comme si Benzema avait marqué de manière involontaire en marchant sur le ballon. Bravo donc au média So Foot, qui reste toujours percutant et drôle, redoublant toujours d’originalité dans ses papiers et qui l’a montré une fois de plus ce soir-là. Pas besoin de faire comme tout le monde, lorsque l’on est bien au-dessus, au niveau des étoiles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :